Wilfried Van Moer

icon-matches

207

Matches

icon-minutes

17.739

Minutes

icon-ball

30

Buts

icon-cup

4

Trophées

Wilfried, le géant du football belge, avec son 1m69.

– Pierre Bilic

« J’ai joué toute mon enfance au SK Beveren, où j’ai signé ma première carte d’affiliation à 12 ans.. Tous mes amis et ma famille ont été impliqués dans le club d’une manière ou d’une autre. Vous pouvez affirmer sans crainte que j’ai grandi avec le club et que j’ai fusionné avec lui. « Il était donc écrit dans les étoiles que le jeune Wilfried jouerait pour SK. « Mon frère a également joué là-bas et c’était en fait inhérent aux jeunes du quartier. Vous êtes allé à l’école à Beveren, avez rejoint le club et êtes allé travailler dans le quartier ou dans le port d’Anvers.  »

La petite Beveren qui jouait à ce moment-là en 4ème division jouissait d’une bonne réputation. Le milieu de terrain a fait ses débuts en 1960, à l’âge de 16 ans, pour la première équipe, active en 4ème division. Un début qu’il couronnerait avec deux buts. La réputation de Wilfried était telle que les médias et les gens de première division commencèrent aussi à voir ce grand talent du Waasland.

Finalement Wilfried optera pour son voisin anversois en 1965. Cela n’était pas illogique puisque Wilfried travaillait déjà à Anvers comme électricien et que son chef avait un lien avec Anvers. « Cependant, ce changement n’a pas été facile. Je me sentais comme chez moi à Beveren, mais la perspective de pouvoir jouer au football et peut-être même de devenir footballeur professionnel était un rêve que je partageais avec tous les jeunes. J’avais seulement peur de la réaction de mon environnement parce que nous étions tous bleu-jaune. Mais finalement, Beveren me couperait ce nœud en concluant un accord avec Anvers.  »

La performance de Van Moer va également crescendo à Anvers et il est rapidement devenu Diable Rouge après seulement une saison. Il a fait ses débuts en octobre 1966 sous les ordres d’un certain Raymond Goethals contre la Suisse. Sa carrière internationale a été ralentie au début des années 1970 par des blessures graves au genou. Mais après une longue absence, il revient à l’âge de 39 ans à la demande de Guy Thys pour amener la Belgique à la finale du Championnat d’Europe en Italie en 1980. Pour plusieurs générations, il est l’exemple même de l’engagement et du ressentiment.

Au Great Old, il était la plaque tournante du club, où l’entraîneur Harry Game le reforma comme médian défensif. Son sens du football fait de lui le meilleur footballeur de Belgique et, logiquement, il remporte son premier Soulier d’Or en 1966. Il ne faudra pas longtemps avant que d’autres clubs (étrangers) commencent à le remarquer. « J’ai reçu une très bonne proposition du FC Cologne après ma deuxième saison au Bosuil. Mais le président ne voulait rien savoir à ce sujet. L’année suivante, je me sentais moins bien dans ma peau et les premières frustrations ont commencé à bouillonner. J’avais donc hâte de faire un pas de plus dans ma carrière et espérais continuer avec le Club de Bruges.”

Cette période a été la pire que j’ai vécue. Les Brugeois étaient effectivement intéressés et entamaient les négociations avec Eddy Wauters, qui était cependant très exigeant et les discussions ont donc continué à s’étirer. Alors qu’il ne restait plus qu’un jour, Roger Petit s’est présenté et a offert ce que Eddy Wauters espérait. Après de nombreuses discussions entre Beveren et Bruges, j’ai également dû abandonner mon rêve d’aller à Bruges et j’ai décidé de signer un contrat avec le grand standard. « Les Rouches feraient le transfert le plus cher de tous les temps pour un montant de 6 millions de BEF (150,00 euros).

Le transfert au Standard la catapulte à un autre niveau. Sous la houlette du nouvel entraîneur René Hauss, les Liègeois remportent trois titres consécutifs. Wilfried Van Moer est le véritable moteur de l’équipe. Son capitaine, Léon Semmeling, la défense de fer avec Jean Nicolay, Léon Jeck, Jacques Beurlet, Jean Thissen et Nicolas Dewalque, le contrôleur Louis Pilot, et les principaux attaquants Jean-Paul Colonval, Henri Depireux, Milan Galic, Erwin Kostedde et Antal Nagy. Beaucoup voient encore dans cette équipe le meilleur Standard de tous les temps. Cette période a également été fructueuse pour le milieu de terrain au niveau individuel. Wilfried a remporté le Soulier d’or en 1969 et en 1970 pour la deuxième et troisième fois consécutivement.

Les adversaires ont dû souvent tacler le milieu de terrain créatif, et ce n’est pas sans conséquences. L’attentat de l’Italien Bertini au Championnat d’Europe en 1972 est et arrive au pire moment. Ce serait le début de plusieurs années de récupération et de rechute. Standard prend les précautions et transfère Asgeir Sigurvinsson un an plus tard. Sous la direction de Wilfried, son successeur prendrait progressivement le dessus. Et en 1976, Wilfried y met fin et s’installe au KFC Beringen, où il continue de s’émerveiller et grâce à ses performances Beringen se maintient. En 1980, il retourne dans son ancienne maison avec SK Beveren. Après quelques années difficiles dans la lutte contre la relégation, il renoue ainsi avec le sommet.

Beveren pouvait alors compter sur une équipe particulièrement forte, avec notamment Jean-Marie Pffaf, Paul Schönberger et Erwin Albert. Deux ans plus tard, il trace une ligne dans sa carrière et il commence à travailler comme joueur/entraîneur à STVV. Jusqu’à ce jour, son cœur bat pour les Rouches et toutes les deux semaines, vous pouvez retrouver Wilfried sur Sclessin.

Naissance: 1 mars 1945, à Beveren-Waes
Nationalité:
Belgique
Position de jeu:
Médian
Affiliation au Standard:
1 juillet 1968 – 30 juin 1976
Trophées avec le Standard:
3x Champion de Belgique (1969, 1970, 1971), 1x Coupe de la Ligue (1975)
Sélections internationales / buts:
  57 / 9

Carrière

Formation

1957 – 1961

S.K. Beveren-Waes (2300)

Noyau A

1961 – 1965
1965 – 1967
1967 – 1968
1968 – 1976
1976 – 1980
1980 – 1982
1982 – 1984

S.K. Beveren-Waes (2300)
R. Antwerp F.C. (1) – Prêt
R. Antwerp F.C. (1)
Royal Standard Club Liégeois
K. Beringen F.C. (522)
S.K. Beveren (2300)
K. Sint-Truidense V.V. (373)

Entraîneur

1982 – 1984
1985 – 1987
1987 – 1988
1988 – 1989
1995 – 1996
1996

K. Sint-Truidense V.V. (373) – Joueur/Entraîneur
F.C. Assent
S.K. Beveren
K.T.H. Diest
Belgique (Assistant)
Belgique

Statistiques

Matches

Championnat de Belgique
Coupe de Belgique
Coupe de la Ligue
Coupes d’Europe

170
13
10
14

Buts

Championnat de Belgique
Coupe de Belgique
Coupe de la Ligue
Coupes d’Europe

24
2
3
1